FAQS

FAQS

  • Quelle est l'autorité de Missing Children Switzerland?

    L’Office fédéral de la communication (OFCOM) nous a conféré fin 2016 la responsabilité de la ligne d’urgence 116 000 au niveau national, selon la loi ECC en vertu de la décision du Comité des communications électroniques de la CEPT concernant la gestion du numéro d’urgence 116 000 dans tous les pays de l'AELE (selon la décision de la CEPT ECC/DEC/(07)03 du 6 juillet 2007, révisée le 26 février 2008 et le 16 juin 2010).

    Lors d’une disparition de mineur dans l’un des 26 cantons suisses, Missing Children Switzerland a le devoir d’assurer une assistance 24/7 à ceux qui en auraient besoin via la ligne d’urgence 116 000.

    Nos devoirs:

    A) Réceptionner les appels et informer les polices des disparitions

    B) Offrir des conseils et un soutien émotionnel aux représentants légaux ou aux personnes dans l’entourage de l’enfant

    C) Collaborer et soutenir le travail des enquêteurs de police avec tous les moyens dont nous disposons


  • Diffuser des photos d'un enfant: une bonne idée?

    Publier la photo d'un enfant disparu est une démarche sensible.

    Lorsqu'un avis de disparition est révoqué, nous engageons du temps et des moyens pour s’assurer que plus rien ne figure à ce sujet sur internet. Même si le risque zéro n'existe malheureusement pas.

    Mettre des affiches en papier dans votre quartier comporte les risques suivants:

    1. Votre enfant devra faire face aux commentaires et au regard des voisins à son retour

    2. Déposer des affichette implique qu'il faudra plus tard aller les récupérer. C'est un travail qui doit être organisé

    3. Une personne malintentionnée peut utiliser les informations, se promener dans le secteur et guetter son retour à la maison.


  • Je pense que mon ex veut partir avec notre enfant. Que faire?

    Appelez-nous au 116 000.


  • Qui répond au numéro d'urgence 116 000?

    Un·e conseiller·ère spécialisé·e est là pour vous 24/7 !

    Notre équipe est encadrée par un coordinateur expérimenté dans les domaines de la protection de l'enfant, de la protection transnationale de l’enfant et de la migration.


  • Si je sais qu’un enfant est maltraité, dois-je en parler?

    En Suisse, l'intervention auprès des mineurs en danger est de la compétence des cantons et peut donc varier selon le lieu où un enfant maltraité est signalé.

    Mais en règle générale, toute personne ayant connaissance d'une situation de mineur en danger, que ce soit dans l’exercice de ses fonctions ou non, a le devoir et l'obligation de le signaler à l'autorité de protection des mineurs de son canton.


  • Mon enfant a disparu. À qui dois-je en parler?

    Lors d'une disparition, chaque minute compte.

    Consultez nos mesures d'urgence et contactez-nous au 116 000.

    Nous sommes là pour vous.